Bénévole pour la présence de l’ours dans les Pyrénées

ourson pyrénées
Crédit Photo Pascal Etienne

L’association Ferus a deux programmes pour la protection de l’ours dans le massif pyrénéen : le programme d’éco-bénévolat Parole d’Ours et le programme Api’Ours qui fait appel ponctuellement à des bénévoles.

Bénévole pour le programme Parole d’Ours

Engagez-vous pour la présence et la bonne cohabitation ours/homme dans les Pyrénées avec Parole d’ours. Parole d’Ours est un programme d’éco-bénévolat d’information et de communication sur l’ours dans les Pyrénées. Parole d’ours en 2019 s’inscrit après le lâcher de deux ourses dans les Pyrénées occidentales qui a réactivé la polémique liée à la cohabitation homme/ours.
Cette année il se déroule Du 29 juin au 17 août 2019. Les actions se déro lent dans les Pyrénées. En 2018, les bénévoles ont été présents sur près de 220 communes/villes, sur les 6 départements Pyrénéens (Ariège, Aude, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Atlantiques, Pyrénées-Orientales).

Origine du programme d’éco-bénévolat

Au début des années 2000, les lâchers d’ours dans les Pyrénées créent une importante polémiques alimentée par les attaques des troupeaux dans les estives. L’association Ferus, dont l’objectif est de favoriser la cohabitation entre l’homme et les grands prédateurs que sont le loup, l’ours et le lynx, décide de lancer, en 2008, Parole d’Ours. L’objectif de Parole d’Ours est de délivrer une information éclairée sur l’ours, de cerner les craintes que génèrent l’ours sur les différents territoires, et d’impliquer la population locale en faveur de l’ours.

Action de l’éco-bénévole

Le rôle du bénévole qui s’engage dans ce programme est centré sur la communication et l’information.
L’écobénévole doit :

  • Délivrer une information éclairée sur l’ours ;
  • Cerner et prendre en considération les éventuelles craintes et y répondre. Une recherche de solutions est menée en fonction de toutes ces remontées du terrain pour une meilleure acceptation de l’ours, voire une banalisation de la présence de l’ours sur le massif pyrénéen.
  • Impliquer la population locale en faveur de l’ours.

Concrètement, les équipes de Parole d’Ours commencent leur journée par une enquête réalisée sur les marchés, les fêtes de village et les départs de randonnée en distribuant un questionnaire. Les après-midi, les bénévoles distribuent différents supports de communication.

Parole d’Ours en chiffres

ours pyrénées
FERUS oeuvre pour la présence de l’ours dans les Pyrénées. © Daniel Trinquecostes

2018 en prés de 200 communes ont été visitées et impliquées sur 6 départements pyrénéens, l’enclave de Llivia (Catalogne/Espagne) et Le Pas de la Case (Andorre). Près de 2100 commerces/structures d’hébergement ont été impliqués dans la diffusion d’informations sur l’ours. 122 000 plaquettes d’information ont été diffusées avec des autocollants « Pyrénées, Pays de l’ours » et d’affiches « bienvenu au pays de l’ours ». – Près de 1000 personnes interrogées. 17 bénévoles avec 9 encadrants ses ont engagées. Ceci représente 211 journées de bénévolat.

Conditions de participations

  • Les candidats doivent envoyer une lettre de motivation et un CV
    – Par courrier à FERUS – Maison de la Nature et de l’Environnement de Pau – Villa du Domaine de Sers – 64000 Pau
    – Par mail à b enevolatferus.ours@ferus.org (faire suivre par courrier les documents demandés dont le règlement de l’adhésion 2019 à l’ordre de FERUS ; une attestation en responsabilité civile (assurance individuelle)…
  • Être âgé d’au moins 18 ans au premier jour du programme
  • Être adhérent de l’association
  • Avoir une forte motivation et un réel intérêt pour la protection de l’ours dans les Pyrénées
  • Aimer communiquer et aller au devant des gens (habitants et gens de passage)
  • Savoir vivre en groupe (les bénévoles sont logés dans un même gîte. Il est donc important d’avoir en tête que vous allez vivre avec d’autres personnes.
  • Faire preuve d’autonomie.
  • Être capable d’écoute et d’ouverture d’esprit pour évoluer dans un milieu conflictuel où vos opinions ne seront pas toujours partagées

Hébergement et Nourriture

Pendant leur temps de mission, les bénévoles sont logés par FERUS dans une maison de village (gîte). La maison offre sanitaires, salle d’eau, machine à laver le linge (souvent, plusieurs gîtes en 2018), lits, cuisine. En cas de déplacements longs, les bénévoles sont logés par FERUS dans des gîtes intermédiaires. Les déchets verts seront compostables et le tri sélectif de rigueur. Une prise en compte (et un respect) des lieux, du voisinage et des propriétaires des lieux est de mise. C’est important. Le bénévole dispose de son propre matériel pour dormir (duvet, draps …), des couvertures/couettes sont mises à disposition.
Aucune participation financière n’est demandée pour le logement et la nourriture. Il sera demandé aux bénévoles de ne pas gaspiller de nourriture et de gérer au mieux les stocks de nourriture et notamment de produits frais. N’hésitez pas à nous dire si vous êtes végétarien, végétalien…règles et notamment de savoir-vivre).

Encadrement et formation

Une personne sera présente pour l’encadrement de ce programme et l’accompagnement des bénévoles dans leurs missions. Chaque dimanche, à l’arrivée de nouveaux bénévoles, un « jeu de rôles » sera organisé pour préparer les nouveaux venus aux diverses situations qu’ils seront amenés à rencontrer et permettre aussi aux « anciens » d’exprimer les difficultés rencontrées et de chercher ensemble les réponses possibles.
Les bénévoles bénéficient d’activités de découverte. Une sortie terrain « sur les traces de l’ours » par semaine est proposée aux bénévoles pour leur permettre de mieux connaître le milieu et comprendre certaines problématiques de la conservation de l’ours dans les Pyrénées. Cela fait partie de la formation.

Le programme Api’Ours

Api ours
Api’Ours, programme de construction de ruches pour la préservation de la biodiversité.

Api’Ours est un programme de plantations, d’installation de ruches et de pollinisation. Face à la disparition des abeilles FERUS a créé et lancé dans les Pyrénées, un programme de plantations, ruches et pollinisation, nommé Api’ours. Avec l’aide des habitants pyrénéens, FERUS souhaite constituer un réseau de parcelles sur lesquelles seront plantés des arbres fruitiers et/ou placées des ruches, dans le but : de favoriser la pollinisation, maintenir l’apiculture en zone montagne, et assurer ainsi la fructification nécessaire à la survie de la faune sauvage.
Api’ours est donc un programme destiné à impliquer pleinement et sensibiliser la population locale dans son ensemble autour des pollinisateurs et de l’ours.
Pour FERUS, la pollinisation, gage d’une biodiversité préservée : Replacer l’abeille et l’ours dans un contexte global permet donc de mieux comprendre les enjeux environnementaux et de cerner les solutions pour l’avenir. Être capable de sauver l’ours ou de préserver les abeilles est un challenge de taille qui en dira long sur notre capacité à préserver la biodiversité au sens large et à assurer un avenir durable aux générations qui suivront. Peuvent donc être impliqués : des propriétaires terriens ; des propriétaires communaux ; des apiculteurs ; des habitants ; des agriculteurs ; des fournisseurs et producteurs locaux d’arbres fruitiers ; les écoles (certains terrains serviront de support à un projet pédagogique que nous mènerons avec des scolaires)…
Sont prévus : des chantiers de plantations d’arbres fruitiers ; la mise en place de ruches ; des réunions publiques en amont des chantiers pour expliquer le projet aux habitants ; des animations avec les scolaires…

Bénévole pour le programme Api’Ours

Pour ce programme, FERUS fera appel ponctuellement au bénévolat. L’association peut en effet être amené à solliciter l’aide des habitants locaux, des adhérents de FERUS ou tout simplement des sympathisants, auquel cas, l’association communiquera sur les besoins identifiés, via ce site internet ou encore via la page Facebook de FERUS.
Vous avez également la possibilité de parrainer des ruches. Pour toute information : sur Api’Ours c’est ici

FERUS a également des programmes de bénévolat animaux pour la présence du loup et de sa cohabitation intelligente avec l’homme. Découvrez le programme Pastoraloup pour agir auprès des bergers et le programme Parole de Loup plutôt centré sur la communication et l’information auprès du public.

L’histoire de l’ours dans les Pyrénées

Au début du siècle dernier, la France comptait entre 100 et 200 ours. En 1937, le dernier animal est observé dans les Alpes ; en 1950, on ne compte plus que 70 ours dans les Pyrénées. La chasse, les prélèvements d’oursons, le braconnage et enfin la détérioration de son habitat ont eu raison des capacités de reproduction de l’ours en France. En 1981 que l’ours est inscrit la liste des espèces de mammifères protégés. La population d’ours pyrénéenne était déjà d’un effectif trop faible pour être viable à long terme.
Au début des années 1990, le dernier ours disparaît des Pyrénées Centrales. Seuls 7 à 8 individus subsistent dans le noyau occidental. La disparition de l’ours des Pyrénées apparaît comme inéluctable. Il s’ensuit alors une mobilisation forte de l’opinion publique qui conduisit à la réintroduction des trois premiers ours (1996-97).
Les première réintroduction de l’ours dans les Pyrénées (ours slovènes) ont commence en 1996. En 2005, on estime la population d’ours dans les Pyrénées entre 14 à 18 individus.
Le 19 mai 2016 a marqué les 20 ans du retour de l’ours en Pyrénées centrales grâce aux différentes réintroductions.
En 2018, sur l’ensemble des Pyrénées, les scientifiques et les acteurs de terrain qui étudient l’ours estiment à 40 le nombre d’ours dans le massif pyrénéens : 4 ours en Pyrénées Occidentales (Béarn, Navarre, Aragon) et 36 ours en Pyrénées Centrales (Comminges, Couserans, Val d’Aran, Catalogne).

Présentation de L’association FERUS

Née de la fusion d’Artus et du Groupe Loup France, FERUS est aujourd’hui la première association française par le nombre de ses adhérents à regrouper de façon spécifique les défenseurs de l’ours et des autres grands carnivores présents dans notre pays. FERUS a pour buts, en France, notamment dans les massifs frontaliers et en relation avec les pays européens voisins :
> d’articuler et de coordonner toutes actions de recherche, de sensibilisation et d’éducation liées à la présence et à la réhabilitation du loup, de l’ours et du lynx,
> de favoriser la réussite du retour naturel du loup là où les conditions sont favorables,
> de favoriser le maintien et le renforcement des carnivores.

Partagez sur Pinterest !

ours des pyénées

2 Comments

  • Madame monsieur ,

    Je m’appelle Cécile Fagart et je suis en deuxième année de bachelor en gestion et protection de l’environnement à l’igpn Paris. Je souhaiterais savoir si un stage est possible dans votre structure afin d’acquérir une expérience professionnelle. Votre service correspond aux études que je fais et j’aimerais participer à vos actions de gestion et de valorisation de la nature.
    J’ai déjà mis en place des activités de gestion du territoire en Essonne en collaboration avec le réseau Natura 2000. Et réalisé un plan d’un jardin partagé en identifiant chaque espèces de plante. En participant au projet “la main à la pâte” j’ai pu créer des activités de sensibilisation et d’éducation à l’environnement et aux sciences, pendant plusieurs séances dans une école primaire.
    Pendant ce stage je pourrais participer activement en réalisant des animations éducatives à l’environnement et au développement durable. Ou en réalisant des diagnostics d’espaces et mettre en place des plans de gestion. Déterminée et curieuse je m’impliquerais complètement dans les missions que vous me confierez.
    Les dates de mon stage sont du 21 octobre au 22 novembre 2019.Je serais honoré d’intégrer votre service pour effectuer ce stage. Vous pouvez me contacter au 0630276321 ou par mail à cecile.fagart@igpn.fr

    Merci de votre attention, cordialement.

    Cécile Fagart

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *