Le voyage solidaire, quésaco ?

2017 marque un véritable tournant pour le tourisme solidaire.
L’année 2017 est en effet proclamée année internationale du Tourisme Durable pour le Développement par les Nations Unies, qui se donnent douze mois pour promouvoir la contribution du secteur du tourisme à un monde meilleur.

Qu’est-ce que le voyage solidaire exactement ?
Le voyage solidaire est un voyage qui respecte le pays visité d’un point de vue culturel, économique et environnemental. L’argent que vous versez pour votre séjour est réinjecté dans l’économie locale.  La rencontre et l’échange avec la population est privilégiée et votre empreinte écologie n’est pas démesurée.

Les cinq piliers du voyage solidaire

> L’implication des populations locales dans les différentes phases du projet touristique
> Les rencontres et le respect de la personne, des cultures et de la nature
> Une répartition plus équitable des ressources générées
> Une sensibilisation des voyageurs et la préparation au voyage (gestion des déchets, gestion des ressources)
> Les retombées économiques locales.

Quelques exemples de tourisme solidaire

Il existe depuis plusieurs années des labels assurant la promotion de ce tourisme alternatif. C’est le cas, en France, de l‘ATES.
L’ATES (Association pour le Tourisme Equitable et Solidaire) regroupe des acteurs du tourisme équitable et solidaire. Créée en 2006, elle regroupe des voyagistes engagés pour faire du voyage un levier de développement et de solidarité internationale.
L’ATES délivre un label « Garantie tourisme équitable et solidaire », qui assure aux voyageurs une expérience unique de voyage qui respecte les hommes et les cultures.

Des initiatives de voyages solidaires fleurissent un peu partout dans le monde. La plateforme canadienne Village Monde, par exemple, favorise l’essor du tourisme villageois en faisant la promotion d’hébergements dans des villages éloignés et hors des circuits traditionnels, dans le respect de la nature et des populations locales.
Cette nouvelle forme de tourisme solidaire et équitable valorise l’authenticité de l’accueil et les échanges entre les communautés et le voyageur. Grâce aux voyageurs, les villageois ont des retombées directes pour leur économie.

Quelle différence avec l’écovolontariat ?
Des agences proposent des séjours solidaires, parfois appelés éco-solidaires, où vous êtes immergés dans une équipe qui protège des animaux sauvages. Ces séjours sont parfois très proches des missions d’écovolontariat de part leur contenu. Il existe même des structures qui proposent des séjours en écovolontariat et des séjours voyage solidaire, sur le même lieu. La différence est simple. Lorsque vous faite de l’écovolontariat, vous travaillez et faite partie de l’équipe. En séjour solidaire, ou éco-solidaire, vous participez à certaines tâches, suivez sur le terrain des biologistes, mais êtes là surtout pour découvrir et échanger.

Le voyageur solidaire est considéré plus comme un touriste (dans le bon sens du terme) que comme un volontaire. Ses journées se partagent entre des moments où il aide l’équipe à faire des menus travaux comme repérer des animaux sauvages, et des moments plus d’exploration et d’échange avec les communautés locales. Comme dans l’écovolontariat, une partie assez conséquente de l’argent dépensé pour un séjour solidaire, sera reversé au projet et permettra à la population de vivre d’une économie locale générée par le voyage.

 

L’écovolontariat, quésaco ?

Wwoof, wwoofer, wwoofing