Protection des singes laineux en Angleterre

singe laineux
Ici un singe laineux. Crédit Photo : Wild Futures

Le saviez-vous ? Le Royaume Unis autorise la détention de singes comme animal de compagnie. A ce jour, près de 5000 primates vivent au sein de foyers dans des conditions inadaptées ; Essentiellement des singes capucins, des ouistitis, des saïmiris, des singes écureuils et des lémuriens. Or, les primates sont des animaux sociaux qui ont besoin d’interaction au sein d’un groupe. Ils ne sont pas du tout adaptés à la vie domestique. Prendre un singe comme animal de compagnie est donc une très mauvaise idée, d’autant que plus de la moitié des espèces de primates sont menacées d’extinction. Les primates sont essentiels à la santé des forêts dans lesquelles ils vivent et ce sont ces mêmes forêts qui protègent la planète des effets du changement climatique. Préserver l’avenir des primates est donc aussi préserver notre avenir.

Le refuge Monkey Sanctuary, appelé aujourd’hui Wild Futures, a été créé par Len Williams, en 1964. Situé en Cornouailles, près de l’océan, ce centre a d’abord offert un refuge aux singes laineux sauvés du commerce lié aux animaux de compagnie. La popularité des singes comme animaux domestiques s’est développée dans les années 50/60 et Len Williams a très vite pris conscience de la souffrance de ces animaux sauvages en captivité. Les primates sont intelligents et ne supportent pas l’isolement. Leur besoin de communication avec d’autres primates est vital.
Le Monkey Sanctuary a entamé une forte période de croissance et s’est rapidement distingué par la qualité des soins que son équipe prodiguait aux singes laineux. Au Wild Futures, les primates recueillis ont pu retrouver une vie au sein de groupes de leur espèce dans un environnement naturel plus propice à leur bonne santé. L’excellence du centre, qui a recueilli 150 primates, n’est aujourd’hui plus à prouver.
Le Monkey Sanctuary jouit d’une réputation internationale pour sa technique, la qualité de ses soins et sa gestion innovante. A le refuge travaille en étroite collaboration avec d’autres organisations pour faire pression sur les gouvernements afin de mieux protéger les primates.
Wild Futures soutient également des projets à l’étranger par des campagnes de financement, mais également grâce à une assistance technique. L’organisation travaille avec Esperanza Verde au Pérou, Merazonia en Equateur, Vervet Monkey Fondation en Afrique du Sud, Barbary Macaque Awareness and Conservation (BMAC) au Maroc et Neotropical Primate Conservation qui travaille au Royaume Uni et en Amérique du Sud.

Plus de 50 singes sauvés depuis 2001

Les primates recueillis au refuge Wild Futures, soit 50 depuis 2001, présentaient tous des graves problèmes comportementaux comme : balancement, automutilation, suralimentation… Tous, sans exception, ont abandonné ces comportements depuis leur arrivée  au refuge, et ce, grâce aux soins prodigués.
Aujourd’hui, les singes laineux vivent dans un groupe social stable. Les capucins sauvés forment cinq groupes sociaux stables et permanents. Les ouistitis vivent en couple et en groupes familiaux. Quant aux macaques de Barbarie ils vivent également en groupe stable.

Eduquer, sensibiliser, la base du travail de Wild Futures

Wild Futures Mène un important travail d’éducation auprès de la population, en démontrant notamment l’aberration de prendre un primate comme animal de compagnie.
Les équipes sont convaincues de la pertinence d’un travail de fond sur l’éducation pour changer les choses. Tous les publics sont ciblés à travers différents canaux de communication. Des professionnels ou des bénévoles interviennent auprès des écoles, des groupes de discussions ainsi que des ateliers sont organisés. Des ressources pédagogiques sont mises à disposition des établissements scolaires gratuitement.
Le message porte sur les thèmes du bien-être et de la conservation des primates, de l’environnement, et du consumérisme éthique.
Le centre est par ailleurs ouvert au public du mois d’avril au mois d’octobre, de 11 heures à 15 heures le week-end. Cette ouverture au public est une façon de mieux sensibiliser le public à la condition des primates. En tout (écoles + public), près de 30 000 personnes visitent le refuge chaque année.

Devenir écovolontaire au Monkey Sanctuary

Le refuge fait appel aux écovolontaires depuis de nombreuses années. Il accueille jusqu’à
10 volontaires en même temps.
Le matin est consacré au nettoyage des enclos et à la préparation de la nourriture.
Les après-midis, vous participez à différentes activités liées au bon fonctionnement du refuge et au bien être des primates : aide au café du sanctuaire, préparation d’animations pour les enfants… A noter qu’en hiver, les volontaires font surtout des travaux de maintenance. Vous n’avez pas de contact direct avec les animaux !
Si vous souhaitez vous engager, vous devez rester entre deux et six semaines. Certaines longues missions sont toutefois acceptées jusqu’à trois mois. Aucune qualification n’est nécessaire. Cependant, il faut pouvoir communiquer en anglais, avoir 18 ans et être en forme physiquement.
Vous êtes logés et nourris et la nourriture fournie est entièrement végétarienne. Une participation financière est demandée qui est autour de 50 euros la semaine.

Si vous souhaitez lire un témoignage, je vous invite à lire celui du blog Raton Laveur

* A noter que le parti Travailliste (Labour Party) souhaite introduire un projet de loi pour une interdiction totale de garder des singes comme animaux de compagnie.

Plus d’information sur le site Wild Futures

Tags from the story

3 Comments

  • Bonjour,
    Savez-vous si il y a une bonne organisation du centre Monkey Sanctuary envers les bénévoles? Et avez-vous eu des retours (positifs ou non)concernant le bénévolat dans ce centre ? Et notre « participation financière » concerne t-elle les courses (supermarchés,…) ? Ainsi que quelle est la moyenne d’âge de bénévoles de ce centre ?
    Merci d’avance de votre réponse,
    Aurélia Bré

  • L’organisation est plutot bonne, prise en charge quasi totale, on te montre tout ce qu il y a a faire, etc…. la participation financiere couvre tout…une fois que tu es la-bas, en dehors de cette paricipation, tu ne paye rien sauf si tu as envie de te payer des snacks perso, ca c’est ton probleme, ou si tu as envie d aller au pub avec tout le monde, dans ce cas, evidemment, tu paye ta pinte….Moyenne d age varie avec une majorité de jeunes filles entre 18 et 25 ans…de tous le milieux, majoritairement anglaises mais beaucoup d autres aussi(australie, Nouvelle-Zelande, allemagne, france, etc…) En bref, une tres bonne experience, une equipe adorable….Il faut simplement etre pret a aider et a se bouger le cul, au lieu de simplement vouloir faire des calins aux singes, ce qui n est pas pret d’arriver!

  • J’y ait passé un mois en septembre ils sont géniaux !
    Tout le monde est très gentil, et même si le travail est un peu physique vous serez récompensés par les super glaces et gâteaux au restaurant !
    En terme de recommandations il faut seulement savoir que le centre est végétarien/vegan donc pas de viande ni de poisson 🙂
    Super expérience pour ma part !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *