Une écovolontaire développe le homestay aux Philippines

Ecovolontariat. Philipinnes

Yuna, écovolontaire à People and The Sea pendant cinq mois, a conçu une plate-forme web pour développer une activité Homestay (logement chez l’habitant) aux Philippines. Une mission qui permet aux Philippins d’être inclus dans le circuit économique généré par le tourisme.

People and the Sea est une association installée sur l’île de Malapascua, aux Philippines. Créée en 2014, elle accueille des écovolontaires pour collecter des données lors de plongées sous-marines, mais également pour participer à des actions de soutien à la population locale, constituée notamment de pêcheurs. Malapascua est très connue des plongeurs pour observer le requin renard. Son succès touristique l’a transformée et des Resorts ont poussé un peu partout sur ses belles plages. Toutefois, cette nouvelle source de revenus est-elle répartie équitablement au sein de population qui réside à Malapascua ?

Inscrite dans une démarche de développement durable et de tourisme responsable, l’association People and The Sea, gérée par un couple franco-britanique, Axelle et Ian, a toujours eu à coeur de travailler avec la population locale.
« Nous avons depuis 2015 exclusivement utilisé le logement chez l’habitant pour nos écovolontaires. Nous travaillons maintenant avec 20 familles », explique Axelle.

Petit à petit, l’idée est venue de développer le logement chez l’habitant pour des touristes. Et pour cela, l’équipe de People and the Sea mène un travail de formation auprès des familles pour les habituer à une clientèle qui sera plus exigeante sur la prestation.

« Depuis 3 ans, nous avons une réunion mensuelle avec les familles, nous organisons des sessions de formation pour les aider à réparer leurs maisons ou à les rendre plus accueillantes pour des visiteurs (notamment les salles de bains !) »

Axelle précise également que Aujourd’hui les familles gagnent 25% d’un salaire moyen en plus par mois grâce à leur activité de homestay. Elles ont toutes un ‘business permit’ délivré par la mairie.

Le travail de Yuna, écovolontaire

Yuna, une jeune Bretonne qui étudie le tourisme et le développement durable a rejoint People and The Sea dans le cadre d’une mission d’écovolontariat longue durée. « Je devais faire une stage de trois mois pour valider ma licence. J’ai trouvé l’association People and The Sea, suis entrée en contact avec Axelle et me suis engagée pour cinq mois ! » explique Yuna. Yuna a très vite été convaincue par le projet de développement du logement chez l’habitant à Malapascua. Son rôle a été de créer les outils et les process pour ouvrir les homestay au tourisme ‘standard’ dont bénéficie Malapascua.
Un défi ambitieux que Yuna a relevé en créant un site internet, mais aussi en identifiant les choses à changer dans les maisons pour offrir un service de qualité à une clientèle qui sera plus exigeante que les volontaires !
« Je suis allée rendre visite aux vingt familles, pour mieux les connaitre mais aussi pour évaluer les maisons », souligne Yuna. Et de continuer : « Les familles sont très réceptives au projet, elles sont prêtes à faire certains petits travaux et surtout sont fières de leur nouveau rôle ».
Pour créer la plateforme internet, Yuna a pris des photos et écrit tout le contenu pour présenter les familles tout en mettant en valeur la richesse de leur accueil et le confort de leur logement. Le homestay offre l’occasion de vivre une vraie expérience avec des personnes d’une culture différente.

Une répartition équitable des revenus

Les hôtes de la plateforme reçoivent la majorité des revenus générés: 80% sont payés directement à la famille, 15% sont reversés dans une caisse commune qui leur permet d’emprunter sans intérêt pour réaliser des travaux et réparer leur maison. Cette caisse a aussi pour vocation de servir d’assurance, l’argent pouvant être reversé aux familles dans le cas d’un typhon ou catastrophe naturelle. Chaque réservation génère 500 pesos (environ 8 euros) afin de rémunérer le ‘homestay officer’, membre du groupe et formée par People and the Sea, qui s’occupe de la gestion des séjours.

Quant à Yuna, voici quel est son ressenti après 5 mois: “ Cette expérience a été riche de sens tant sur le plan professionnel que personnel. Ma mission avait des objectifs concrets et répondait à de réels besoins humains. Les retombées économiques et sociales de ce projet ont donné à mon travail un enjeu parfois intimidant, surtout au vue des difficultés et des freins quotidiens, dans un pays en voie de développement et une culture si différente de la notre. Mais les résultat en valent la peine. Je suis fière et surtout honorée d’avoir pu contribuer à mon échelle à ce projet et d’avoir pu y apporter mes connaissances, mon énergie, et mon enthousiasme”.

Yuna soutient en septembre sa thèse pour valider sa license tourisme et développement durable, accompagnée des sourires de toutes les familles qu’elle a accompagnées !
Découvrez comment loger chez l’habitant à Malapascua

Le blog de yuna et seb