WFFT en Thaïlande, un refuge d’animaux sauvages qui repose sur l’écovolontariat

Je vous emmène, dans ce nouvel article des carnets de route de la Thaïlande, à une centaine de kilomètres au sud de Bangkok, près du golfe de Thaïlande, au refuge de Wildlife Friends Fondation Thaïlande (WFFT). Un centre de secours pour animaux sauvages qui mène également un programme d’éducation auprès des élèves. Le centre repose en parti sur le travail des écovolontaires. Vous pouvez également effectuer une visite à la journée.

Wildlife Friends Fondation Thailand est une ONG créée en 2001 par Edwin Wiek. Cette association, située à une trentaine de kilomètres de la station balnéaire de Hua Hin, en Thaïlande, est un refuge pour animaux sauvages. Actuellement, près de 400 animaux y vivent dont des gibbons, des éléphants, mais également un crocodile, des ours…
En aucun cas il ne s’agit d’un zoo, mais d’un centre dont la vocation est d’accueillir les animaux blessés qui ont subi des maltraitances. Nous avons vu, à propos des éléphants à Elephant Nature Park, que l’utilisation des pachydermes pour les trecks à dos d’éléphants ou l’industrie du divertissement était particulièrement néfaste pour l’espèce. Le nombre d’éléphants blessés ayant subi des mauvais traitement est également important au WFFT. Ils arrivent la plupart du temps avec des blessures physiques importantes. Ils sont souvent aveugles, notamment lorsqu’ils étaient trop exposés au flash des touristes. À ces blessures s’ajoutent un important traumatisme psychologique qu’ils ne sont pas prêts d’oublier. Eh oui, la mémoire des éléphant n’est pas une légende.
Le centre a un espace réservé aux éléphants où ils peuvent, sur quelques hectares, mener une vie presque normale. Un hôpital est actuellement en construction pour pouvoir mieux les soigner lorsqu’ils arrivent. Un table d’opération pour pachydermes est d’une grande sophistication de façon à pouvoir bouger l’éléphant une fois endormi.

Les gibbons sont souvent à tort adoptés petite par des familles. Quand ils grandissent ils deviennent agressifs.

 

L’ONG WFFT accueille également des gibbons, dont le sort n’est malheureusement pas à envier aux pachydermes. Un gibbon est un petit singe particulièrement mignon lorsqu’il est bébé. Et nombre sont les parents qui craquent devant les demandes leur enfant qui souhaitent adopter un petit animal si gentil. Sauf que le gibbon est un animal sauvage qui, faute de ne pas pouvoir être domestiqué, devient agressif en grandissant. Souvent, dès le premier accident à la maison, le gibbon est enfermé à double tour dans une cage.
Lorsqu’ils arrivent au refuge, ils ne connaissent rien de la vie de leur semblable en forêt. Le WFFT a un programme de réintroduction de gibbons dans la nature, mais rares sont ceux qui puissent être relâchés, en raison de blessures, parce qu’ils ne sont pas capables de vivre en pleine nature, mais également parce qu’ils n’ont pas de compagnon.

Le centre dispose d’un sanctuaire pour éléphants

Beaucoup restent dans de grands enclos accrochés aux arbres. Certains sont relâchés, alors que d’autres sont mis en semi liberté sur une île au milieu du parc. Ils sont en liberté mais, chaque jour, quelqu’un vient leur donner à manger.

Elle était écovolontaire avant de faire partie de l’équipe

Le WFFT accueille de nombreux écovolontaires. Ils étaient 50 lorsque je suis passée. Cela peut paraître énorme, mais le refuge est si grand qu’ils étaient répartis en plusieurs équipes. La guide que j’ai rencontrée a commencé par être écovolontaire pendant plusieurs mois, avant de faire partie de l’équipe. Il faut savoir que cette possibilité existe, mais que cela est très loin d’être systématique. Le travail des écovolontaires est assez diversifié car vous êtes amenés à travailler avec tous les animaux.
Si vous ne souhaitez pas être écovolontaire, mais êtes intéressés par le projet, d’autres possibilités s’offrent à vous comme la visite à la journée. C’est ce que j’ai fait. La journée se déroule comme une excursion (après réservation, une navette vient vous chercher à l’hôtel). Un guide vous accompagne et vous explique, en détail, le projet du centre. L’argent versé va actuellement au financement de l’hôpital des éléphants.
Le refuge développe également une forme d’éco-tourisme haut de gamme en construisant des écolodges qui donnent sur le bassin aux éléphants. Bien sûr aucune animation n’est prévue avec les pachydermes. Vous pouvez, si vous le souhaitez, y passer la nuit après la visite guidée. Convient parfaitement aux visites en famille avec des enfants.
Pour les visites à la journée ou sur deux jours, un transfert par navette est prévu des villes de Bangkok, Hua Hin et Cha Am.
Pour les personnes intéressés par l’écovolontariat, n’hésitez pas à contacter l’équipe via leur site internet.
Plus d’informations

Laurence Dupont

Written By
More from Laurence

Les astuces d’Aurélie pour partir en mission gratuitement

Comment faire de l’écovolontariat gratuitement ? Ce sujet revient régulièrement chez internautes....
Read More

1 Comment

  • Bonjour je me présente »thibault » 34ans je me vois comme un grand baroudeur ayant fait les 3/4 des pays de l’est..ex…Slovaquie Hongrie Lituanie Croatie..puis pas mal l’Espagne Costa Rica chili argentine…bref tous sa pour vous dire que j’ai rencontré BCP d’animaux que je porte vraiment dans mon cœur je suis dingue de toute sorte d’animaux…et surtout prêt à vous accompagner dans quelque mission que ce soit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *