Volontariat en Afrique du Sud : la vie au Bush Camp

Bush camp
Le Bush Camp, au coeur de la savane et des animaux sauvges.

Carnets de route écovolontariat en Afrique du Sud (6/10) : L’association qui gère le programme de protection des animaux sauvages de la réserve du Makalali accueille les volontaires sur deux camps : le principal, avec ses bâtiments en dur et sa piscine et le Bush Camp.
Vivre au Bush Camp est une expérience en soi. Niché au coeur de la brousse, sans internet ni électricité, il donne l’occasion aux volontaires de vivre au coeur de la nature, de s’immerger dans la vie nocturne de la savane.
Le Bush Camp est composé de tentes confortables installées sur des plateformes. Il dispose de l’eau courante, d’une cuisine et de toilettes. Nous pouvons même prendre des douches grâce à un système très astucieux.
Les premières nuits peuvent être impressionnantes, notamment pour les citadins. Déjà, si vous devez sortir de votre tente en pleine nuit, la première chose à faire est d’inspecter les lieux et de s’assurer qu’aucun prédateur ne rôde.
Il n’est pas rare, le matin, d’observer des empreintes de léopard au sein du camp. Dès que le soleil se couche, les cris des hyènes et des léopards vous rappellent que la vie de la savane ne cesse jamais.
Les soirées se déroulent au coin du feu à l’écoute de la vie sauvage. Pendant deux soirées, le cri d’un léopard nous a signalé sa présence. Il s’est approché du camp, puis s’est éloigné, avant de revenir et de tourner autour. Malgré quelques tentatives avec la lampe torche nous n’avons pas pour le voir.
Nous cohabitons également avec Jeffray, notre voisin. Jeffray est un scorpion qui vit dans un arbre situé à côté de la cuisine. Il est impressionnant, mais les rangers nous ont assuré qu’il respectait notre présence et restait bien sagement dans son arbre.

Je conseille vivement aux volontaires qui se rendraient dans cette réserve de passer au moins une semaine au Bush Camp, de façon à ressentir plus profondément cette plongée au coeur d’un monde dit sauvage. Être séparé juste d’une fine toile de tente de la savane, rend l’expérience plus intense, plus sensible. Les nuits sont froides, les journées chaudes et les orages encore plus spectaculaires.

Lire les autres articles du blog de voyage de la mission en Afrique du Sud au coeur des animaux sauvages.

Volontariat au coeur des Big Five : kit de survie

Volontariat au coeur des Big Five : Patsi le buffle apprivoisé

 

Vie quotidienne des écovolontaires dans le Limpopo en Afrique du Sud

Animaux sauvages : face à face avec un rhinocéros, espèce en danger

Big Five : l’art du traquage

Makalali : 25 000 hectares à entretenir

 

Written By
More from Laurence

Au Costa Rica avec Volontaire pour la nature

L’association A Pas de Loup, aujourd’dhui installée à Roaln sur Isère, recentre...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *