Volontariat au coeur des Big Five : kit de survie

Girafes
Les girafes, toujours majestueuses au coeur de la savane.

Mission d’écovolontariat en Afrique du Sud (9/10)

> Quel comportement adopter face aux animaux sauvages ?
Si les buffles, lions, léopard, éléphants et rhinocéros terrifiaient les chasseurs d’antan, ce n’est pas un hasard. Ce sont des prédateurs qui peuvent devenir agressifs s’ils se sentent en danger, ou s’ils repèrent une proie. Il est toutefois possible de les approcher sans se mettre en danger, à condition de respecter quelques règles.
La première est de ne jamais courir et de rester toujours en groupe ! Si un léopard, par exemple, entre dans le camp, il faut se regrouper de façon à faire une masse et, lentement, marcher jusqu’à un abris.
Lorsque vous vous levez la nuit, balayez l’environnement avec votre lampe, afin de repérer les yeux d’un animal. Si rien ne brille dans la nuit, vous pouvez vous déplacer.
Dans la voiture safari, ne jamais se lever. Il est possible d’observer des lions avec des lionceaux à quelques mètres seulement. Vous pouvez même être étonnés par leur flegme face à vous. Sachez que, dans la voiture, le lion vous considère comme une masse beaucoup plus importante que lui. En revanche, si vous descendez tout seul, son comportement va tout de suite changer.
Enfin, lors des marches, il est important de rester en groupe, et de ne jamais laisser quelqu’un derrière seul.
Suivez toujours les conseils des rangers ! Ils ont été formés pour vous accompagner.

Vautours
Les vautours servent à repérer les carcasses.

> Pourquoi les braconniers tuent-ils les vautours ?
Les animaux sauvages des réserves en Afrique du Sud sont malheureusement victimes du braconnage. Les éléphants et les rhinocéros sont tués pour leurs cornes et leurs défenses. A ce titre, les réserves ont leur propre brigade anti-braconnage qui patrouille toute la journée. Mais pourquoi les braconniers s’en prennent-ils aux vautours ? Les vautours sont des charognards qui se rassemblent et tournent dans le ciel dès qu’ils repèrent un animal mort. Si les braconniers tuent un animal sauvage pour sa corne, ils seront repérés grâce aux vautours.

Girafes
Les girafes se nourrissent des feuilles des arbres.

> Comment les arbres communiquent-ils pour se défendre ?
De nombreux mammifères et en particulier les girafes, se nourrissent des feuilles des arbres. Pour éviter de perdre tout son feuillage, l’arbre va petit à petit sécréter du tanin, une substance amère qui va altérer le goût des feuilles. Les girafes se détournent de l’arbre pour trouver d’autres feuilles plus comestibles. Toutefois, par leur système de racines, le premier arbre qui a sécrété du tanin va avertir ses voisins qui, à leur tour, vont se protéger en sécrétant du tanin également.

> Comment reconnaître une girafe mâle d’une femelle ?
Le mâle n’a pas de poils sur les cornes car il se bat. La femelle a des poils et ses cornes sont plus fines.

> Comment reconnaître un zèbre mâle d’un zèbre femelle ?
Le mâle a les rayures plus fines que celles de la femelle.

> Comment différencier le rhinocéros noir du blanc ?
Le rhinocéros blanc est plus gros, environ deux tonnes, contre une tonne pour le noir. Par ailleurs, ce dernier a les lèvres plus petites que son cousin.

> Comment différencier les fèces d’un éléphant d’un rhinocéros noir ?
Les deux sont semblables à première vue. Elles sont imposantes et constituées d’herbes et de morceaux de bois.
En analysant de près les bouts de bois, certains d’entre eux sont coupés selon un angle à 45 degrés. Il s’agit, dans ce cas, des fèces de rhinocéros .

>

Culture Zulu
Rite de passage Zulu.

Rite de passage en culture Zulu
Une partie de la population locale appartient au peuple Zulu, dont la culture ancestrale est riche en traditions. Comme dans de nombreuses cultures, le passage de l’enfant à l’âge adulte se fait selon un rite bien précis. Chez les Zulu, pour devenir un homme, le jeune adolescent doit passer l’épreuve des bouts de bois. Des sticks d’une certaine espèce d’arbre sont fabriqués. Un bout de bois est placé entre chaque doigt et une personne presse la main. L’adolescent ne doit pas montrer la moindre souffrance pour réussir le passage.

> Pourquoi marcher en file indienne dans la brousse ?
Si vous passer quelque temps dans la réserve du Makalali à étudier les animaux sauvages, vous marcherez toujours en silence et en file indienne dans la savane.
L’objectif est d’être le plus discret possible pour pouvoir traquer les animaux. Marcher en file indienne permet de limiter nos empreintes dans le sol.
> Comment traquer un animal sauvage ?
Savoir taquer un animal est très important pour pouvoir l’observer. Seul l’entraînement fera de vous un bon traceur. Toutefois en suivant et écoutant les rangers de la réserve, vous apprendrez les rudiments du traquage : identifier les empreintes, savoir s’ils elles sont récentes ou anciennes en fonction du sol et de la météo…

Lire tous les articles du log de voyage de la mission de volontariat en Afrique du Sud

Au coeur du Makalali, les big five

Tags from the story
Written By
More from Laurence

Les bénévoles sont attendus sur l’île de Balaneg en Bretagne

Vous avez envie de protéger la biodiversité ? Vous êtes en bonne...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *