Chiang Mai : voler au secours des gibbons en tyrolienne

A Chiang Mai, au nord de la Thaïlande, Flight of the Gibbon propose un immense parcours en tyrolienne à travers la forêt tropicale. Plus qu’une simple attraction, Flight of Gibbon mène un programme complet de réintroduction de gibbons aux mains blanches, espèce aujourd’hui en danger.
Voler d’arbre en arbre à travers une luxuriante forêt tropicale à 40 mètres au dessus du sol, apercevoir ici et là quelques gibbons, voilà l’expérience que propose Flight of the Gibbon, grâce à un réseau de tyroliennes long de plusieurs kilomètres. Mais outre la splendide expérience de survoler la canopée tel un primate, vous participez avec Flight of the Gibbon à la protection de l’environnement.
Une partie de l’argent versé pour le parcours en tyrolienne, sert à financer un programme ambitieux de préservation d’une espèce en danger.
A l’origine du projet, nous retrouvons un groupe d’amis qui avait pour habitude de parcourir la montagne. Un jour, ils sont tombés sur deux gibbons, affamés et déshydratés, enfermés dans des cages. Flight of the Gibbon était né.
La population des gibbons décroît d’année en année. Certaines de ses neuf espèces comme le gibbon agile est sur la liste rouge de l’UICN (International union for conservation of nature). Ceux de Chiang Mai sont des gibbons aux mains blanches. Ils sont également en danger d’extinction à cause de la chasse et de la détérioration de leur milieu naturel.

Voler à travers une forêt tropicale humide, une expérience hors du commun.

Les gibbons, très agiles, sont très proches des hommes de par leurs sens. Très bons acrobates, leur vitesse peut atteindre les 50 km/h lorsqu’ils sautent de branche en branche. Quand ils touchent le sol, ce qui est très rare, ils se dressent sur leurs deux pattes arrières.

Aujourd’hui, les efforts de Flight of Gibbon se concentrent sur la réintrodution de l’espèce, mais également sur la conservation de la forêt tropicale. En effet, s’ils sont en danger, c’est surtout en raison de la forte déforestation qui a sévi pendant le XXe siècle.

Le programme de reforestation a démarré en 2008 où 2000 arbres ont été replantés. Depuis, ce chiffre est monté à 3000.

Concernant le programme de réintroduction de gibbons, il s’agit d’un processus complexe qui demande une connaissance approfondie de l’espèce. Il ne faut pas que l’animal devienne trop proche de l’homme car, s’il est élevé par lui, ils est ensuite relâché en pleine nature. De plus, il est important se les réadapter à la vie sauvage par couple, ce qui n’est pas toujours facile à trouver.
Le succès de la réintroduction n’est acquis que lorsqu’un bébé gibbon né en forêt. Or, les deux vieux gibbons trouvés sur la route (Thong Lot et Thong Dee), soignés puis relâchés, ont eu deux bébés ensemble !

Au petit matin, vous entendez le cris des gibbons.

Récemment, l’organisme s’est lancé dans un programme de réintroduction du hornbill, une espèce d’oiseau elle aussi en danger.

Flight of the gibbon travaille avec des étudiants. Dernièrement, deux stagiaires de l’université nationale de Singapour sont venus étudier les gibbons et leur environnement. Pour encore mieux les connaître et continuer à développer ce projet où, science, protection de la nature, tourisme et développement économique mènent la danse pour un monde durable et équitable.

Laurence Dupont

>> Carnet pratique

Comment y aller
Quasiment toutes les agences situées à Chiang Mai proposent cette excursion.
Une navette vient vous chercher devant votre hôtel. Il y a environ une heure de route.

Chizng Mai est au nord de la Thailande. Vous pouvez y aller en train (de nuit), en bus ou en avion.

Sécurité

Vous n’avez rien à faire ni à craindre. Une équipe s’occupe de votre sécurité. Les sensations sont agréables sans être trop fortes. Pas ou peu de sensation de peur.

Ce que j’ai aimé 

L’impression de faire partie intégrante du paysage. Les bruits de la forêt, les sensations, la vue unique sur la canopée.

Ce que j’ai moins aimé
Le seul point négatif est le tarif qui est assez élevé pour la Thaïlande. Toutefois dans la mesure où l’argent est destiné à la protection de l’environnement…

En savoir plus

Tags from the story
Written By
More from Laurence

Une zone protégée pour les ours polaires en Alaska

La plus grande zone protégée des Etats-Unis pourrait voir le jour en...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *