Road trip en Islande : tout ce qu’il faut savoir

Le célèbre mont Kirkjufell.

L’Islande est un pays rude aux paysages tourmentés, qui sous l’effet d’un rayon de soleil brillent de mille couleurs. Champs de lave, volcans, fjords, glaciers, prairies, montagnes, observation d’animaux, les possibilités de découverte sont grandes pour les amateurs de voyage nature.

Plusieurs possibilités s’offrent à vous pour découvrir ce bout de terre presque polaire. Dans cette article, je vais vous parler des choix que j’ai faits pour ce road trip de 11 jours.

Quelles ressources pour préparer son road trip en Islande ?

Une plate-forme islandaise

La plate-forme Guide to Iceland.
Guide to Iceland est un très bon site pour préparer votre voyage en Islande. On y trouve la plus grande sélection d’activités en Islande et des voitures de location. C’est par ce site que j’ai réservé la voiture.
Le site est traduit en plusieurs langues dont le français, et vous pouvez facilement entrer en contact avec l’équipe, dont des membres franco-phones.
L’agence Guide to Iceland ne travaille qu’avec des partenaires locaux et est basée à Reykjavik.
Il y a également de nombreux articles écrits par l’équipe  ainsi que des blogs écrits par des habitants qui vous aident à préparer au mieux votre voyage dans la Terre de glace et de feu.

Les blogs de voyage

Je me suis inspirée :
– Du blog de Sarah, où j’ai compris la nécessité de m’éloigner des endroits trop touristiques
– Du blog Milesandlove qui donne un aperçu global des lieux à visiter et plein d’infos pratiques.
– Du blog Black and Wood notamment pour leurs conseils sur le camping
– Ainsi que du blog Un mois Une espèce pour son reportage sur le volontariat à l’Artic Fox Center

L’inévitable carte routière Michelin, bien détaillée avec l’emplacement des campings.

A quelle saison partir ?

Je suis partie fin juin début juillet. A cette période, le soleil se couche deux à trois heures par nuit, et il fait jour H24. Les températures oscillent entre 4°C et 15°C. Attention, vous n’êtes pas à l’abris d’une averse de neige en montagne. J’ai eu des jours de pluie, mais aussi de nombreux moments ensoleillés. Cette saison offre l’avantage d’avoir des journées très longues, de pouvoir circuler à peu près partout et de pouvoir se loger en camping.

Comment se déplacer et se loger en Islande ?

camper
Le camper aménagé, une solution idéale pour un voyage en solo.

L’Islande est un pays très cher et le dortoir en auberge de jeunesse a vite fait d’atteindre les 50 euros par nuit. Par ailleurs, le pays dispose de nombreux campings dont le prix s’élève entre 10 et 15 euros pour une personne. Je me suis donc très vite orientée vers la solution camping. Là, une question se pose automatiquement :

Quid du froid la nuit ?
Il ne faut pas se le cacher, les nuits sont froides, et si vous décidez de dormir sous tente, il faudra bien vous couvrir et vous équiper ! A savoir avec un duvet qui résiste au moins à zéro degré et une tente bien imperméable qui résiste au vent, car oui, il y a des tempêtes en Islande, même l’été. Pensez aussi à prendre un bon matelas pour mieux vous isoler du sol, lui aussi très froid.
Toutefois, traverser l’Islande en dormant en tente, est tout à fait possible ! Sachez que vous avez la possibilité de louer l’équipement sur place, à Reykjavik. Des magasins sont spécialisés dans la location de matériel de camping.

J’ai choisi de louer un Camper, une voiture aménagée dans la quelle il est possible de dormir. Comme je suis partie seule, cela m’évitait de plier et déplier la tente toute seule tous les jours. De plus, je trouvais que le Candy Camper offrait un confort supplémentaire.
Quant au choix de la voiture, il s’est imposé de lui même car il offre une grande liberté d’action. Dormir dans un Camper ne vous dispense pas de louer un duvet résistant au froid et d’amener votre bonnet.

Il n’est pas nécessaire de réserver dans les campings. Vous pouvez arriver tard le soir, normalement, il y aura toujours de la place. Jusqu’a présent, il n’y a pas de barrière qui ferme l’espace camping. S’il n’y a personne à la réception, installez-vous et attendez le lendemain pour régler votre nuit.

Quasiment chaque village a son camping. Beaucoup sont gérés par la piscine et son sommaire d’un point de vue des équipements. Il est donc important de prévoir de quoi faire sa cuisine en autonomie. Les entrées et sorties ainsi que le paiement des nuits reposent sur la confiance, car l’Islande est un pays très sûr. Espérons que cela dure !

4X4 ou pas ?

Certaines routes signalées par un F ne sont pas autorisées aux deux roues motrices. Aussi, l’option 4X4 dépend de votre itinéraire. Par exemple, pour explorer les Hautes Terres, le 4X4 est indispensable. Même si vous choisissez de ne pas aller dans les Hautes Terres, vous allez rouler de temps en temps sur des routes non goudronnées, comme c’est le cas dans les fjords de l’Ouest. Je n’ai pas pris l’option 4X4 car c’était trop cher. Les routes des fjords de l’Ouest ont toutefois été praticables à conditions de rouler à 20/30 km/H. Le tout est de bien réfléchir à votre itinéraire avec ce paramètre.

Comment savoir si les routes sont goudronnées ?

La carte Michelin est à jour et vous signale si la route est goudronnée ou pas. Il existe un site internet indispensable que vous devez consulter sur place : http://www.road.is/ Un site officiel qui vous renseigne, en live, sur l’état des routes et des conditions climatiques. Même en plein été vous pouvez être pris dans une tempête et être obligé de réajuster votre itinéraire. Pensez-y !

Quel itinéraire choisir pour un road trip en Islande ?

Plage de sable rouge dans les fjords de l’Ouest.

La grand classique, c’est le Cercle d’Or et la Ring Road lorsque vous partez au moins une semaine. Le Cercle d’Or est constitué de sites remarquables autour de Reykjavik comme la cascade Gulfoss, Geysir et le Blue Lagoon. La Ring Road, c’est la route N°1, celle qui fait le tour de l’île. Ces itinéraires sont tout à fait pertinents, quoique très touristiques en plaine saison.

Je cherchais non seulement à visiter les «Incontournables », mais surtout à m’aventurer vers des contrées plus sauvages et plus isolées. De plus, je tenais à visiter l’Artic Fox Center, ce musée du renard polaire qui se trouve dans les fjords de l’Ouest et qui travaille avec des écovolontaires. J’ai donc organisé mon road trip autour des fjords de l’Ouest, région très reculée aux accents rudes, mais à la beauté difficilement égalable. J’ai ensuite fait une courte escale sur la péninsule de Snaefellsness, pour visiter le Cercle d’Or et le sud de l’Islande dont les îles Vestmann.
Mes coups de coeur sont les Fjords de l’Ouest, la lagune de Jokulsarlon et les îles Vestmann.

Voici l’itinéraire du road trip que j’ai choisi pour 11 jours

        • Jour 1 Arrivée Reykjavik. Détente au Blue Lagoon le soir et nuit au camping de Grindavik (douches chaudes et grande cuisine à disposition)
        • Jour 2 : Grindavik -> Holmavik 300 km. Visite du Musée de la sorcellerie. Nuit au camping d’Holmavik (aller à la piscine pur se doucher. Cuisine et toilettes à disposition).
        • Jour 3 : Holmavik -> Isafjordur. 220 KM par la route 61 qui longe le nord des fjords de l’Ouest. Arrêt à l’Artic Fox Center. Nuit au camping de Tunguladur, à 5 kilomètres de la ville, près de la cascade de Burnafoss (très beau camping, bel emplacement, douches chaudes et cuisine à disposition). Pour trouver le camping, avant d’arriver en ville, juste après le supermarché BONUS, prendre à gauche la petite route de Tunguladur.
        • Jour 4 : Tunguladur -> Patreksfjordur -> Mélanes (175 Km sur route majoritairement non goudronnée. Comptez plusieurs heures). Arrêt à la cascade de Dynjandi (l’une des plus belles d’Islande)
. Nuit camping de Mélanes (coup de coeur pour ce camping situé au bord de la plage de sable rouge).
        • Jour 5 : Visite des falaises de Latrabjarg pour observer les macareux. Nuit au camping Mélanes.
        • Jour 6 : Mélanés -> Brjanslaekur. A Brjanslaekur, ferry pour rejoindre Stykkisholmur sur la péninsule de Snaefellsness. Visite du mont Kirkfujell dans la journée et nuit au camping de Stykkisholmur (Douche à disposition, pas de cuisine, à 10 minutes du port de pêche à pied).
        • Jour 7 : Stykkisholmur -> Geysir. 250 KM sur routes goudronnées. Visite de la cascade de Gullfoss et de Geysir. Nuit au camping de Selfoss (camping avec cuisine commune, douches chaudes, camping très fréquenté).
        • Jour 8 : Selfoss -> Svinafell. 290 km route. Visite du parc de Skaftafell (deux petites randonnées). Nuit camping Svinafell (douches chaudes, cuisine, une bonne alternative au camping de skaftafell, très fréquenté).
        • Jour 9 : Svinafell -> Jokulsarlon. 50 km. Excursion sur la lagune aux icebergs en Zodiac. Bateau pour les îles Vestmann le soir à 22 heures. Le ferry se prend à Landeyjahofn. L’après-midi : Jokulsarlon -> Landeyjahofn : 270 km. Nuit au camping de Heimay (camping coup de coeur niché au coeur d’un cratère). Pour réserver le ferry c’est ici
      • Jour 10 : visite de l’île Heimay (Vestmann). Nuit au camping de l’île.
      • Jour 11 : Retour vers Reykjavik : Ferry le matin puis direction Reykjavik : 145 km. Nuit à l’hôtel Galaxy Pod Hostel à Reykjavik. Dormir dans une capsule, une expérience !

      Mes campings coup de coeur

      Tunguladur

      Camping de Tunguladur.

      Tunguladur, près de la cascade de Burnafoss, est un camping traversé par un ruisseau. Situé à 4 kilomètres de la ville de Isafjordur, c’est une excellente étape pour se ravitailler avant d’explorer des régions encore plus isolées des fjords de l’Ouest. Il est très bien équipé avec douches chaudes et une cuisine commune. Accès WIFI gratuit.

      Mélanes

      Camping de Mélanes.

      Camping, presque glamping avec ses chalets en bois et ses pods réservés aux voyageurs qui souhaitent un peu plus de confort, ce camping est accessible par une route non goudronnée à flanc de falaise. Il n’est néanmoins pas nécessaire d’avoir un 4X4 pour y aller. Le camping offre un grand terrain herbacé qui donne sur une plage de sable rouge. Il est doté d’une douche chaude, d’une machine à laver et d’une toute petite cuisine. L’accueil vend quelques articles.
      Idéal pour explorer la péninsule la plus au sud des fjords de l’Ouest, dont les falaises de Latrabjarg où nichent des millions de macareux. En vous promenant le long de la plage de sable rouge, vous pouvez apercevoir des phoques. A quelques kilomètres du camping, il existe un French Café très cosy où après une balade sur la plage de Raudasandur, vous pouvez déguster un bon café accompagné de pain avec du poisson.

      Heimaey

    • Camping des îles Vestmann.

      Heimaey, la seule île habitée des îles Vestman, a un camping glamping niché dans un cratère. Le site est de toute beauté et les équipements sont au top : plusieurs douches chaudes, machine à laver, grande cuisine commune (ouverte toute la nuit, ce qui est rare) avec plusieurs plaques et tous les ustensiles nécessaires pour cuisiner.
      Pour ceux qui souhaitent plus de confort, le camping donne la possibilité de dormir dans des tonneaux très cosy.

    • Dans les campings situés aux alentours de Reykjavik, comme celui de Grinddavik, vous trouverez des articles mis à disposition par les voyageurs-campeurs qui terminent leur séjour. Très pratique pour prendre des denrées tel que le sel, l’huile et le vinaigre. Parfois vous pouvez trouver des petites bouteilles pour alimenter votre réchaud à gaz.

      Que mettre dans son sac ?

      Si vous décidez de camper, je vous conseille de ne pas lésiner sur les affaires d’hiver, même en plein été. En Islande, vous pouvez avoir les quatre saisons en un jour.
      Prenez donc des tee-shirts, mais aussi des collants, des polaires, un bonnet voire des gants. Indispensable, le coupe vent et un survêtement contre la pluie ; Une veste et un sur-pantalon imperméables.
      De bonnes chaussures imperméables seront utiles pour faire des randonnées et rester bien confortablement au sec lors de vos différents déplacements, y compris sur les terrains de camping,  parfois spongieux.
      Si vous ne le louez pas sur place, prendre un duvez très chaud ! Le mien résistait à -15 degrés.

      Un bandeau style lunettes opaques pour bien dormir car le jour ne tombe pas. Pour la 1re fois, j’en ai trouvé un confortable, à coques. Il n’appuie pas sur les yeux la nuit.

      Lorsque vous vous procurez votre matériel de camping, il faut absolument de quoi cuisiner, car tous les campings ne sont pas équipés.

      Quid de la sécurité pour une femme qui voyage seule en Islande ?

      Eh bien, c’est le top ! D’ailleurs j’ai rencontré de nombreuses femmes qui voyageaient seules. L’Islande serait le pays de l’égalité homme/femme, c’est aussi celui de la liberté pour les baroudeuses en solo. Bon bien sûr, je ne dis pas qu’il ne s’y passe jamais rien pour les femmes. Mais personnellement, je n’ai jamais eu le moindre regard déplacé, le moindre sentiment d’insécurité et les Islandais ont toujours fait preuve de courtoisie avec moi.
      Cette égalité peut parfois surprendre, lorsque, par exemple, vous demandez au loueur de voiture ce qu’il faut faire si on crève. « He bien, c’est comme sur toutes les voitures, soit il y a une roue de secours soit une bombe de secours »
      Ben alors elle ne vous a pas  appris ça votre maman quand vous étiez petite !

2 Comments

  • Bonsoir

    j’aurais juste voulue savoir le prix que vous avez payer pours ce fabuleux voyage?
    Merci d’avance.

  • Bonne question.
    1 400 euros pour la voiture.
    250 pour le vol.
    50 euros pour une nuit en auberge de jeunesse
    Nourriture 80 euros
    camping environ 130 euros
    C’est la voiture le plus cher. Si vous voyagez à deux, vous divisez ce coût par deux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *