Le renard polaire, roi du Hornstrandir en Islande

Le renard polaire vit surtout dans le Hornstrandir.

Le renard polaire est l’animal emblématique du nord des fjords de l’ouest. A Sudavik, un centre lui est consacré : l’Artic Fox Center. Ce centre de recherche, qui étudie le renard dans son milieu naturel, peut accueillir des écovolontaires à condition qu’ils aient un projet scientifique. L’Artic Fox Center est un musée doté d’un très agréable café. J’y est notamment rencontré, Philippe, un photographe Français spécialisé dans le renard polaire.

Photo exposée à l’Artic Fox Center

En parcourant les fjords de l’ouest islandais, les plus chanceux pourront apercevoir le renard polaire. Blanc l’hiver et roux l’été, cet habitant des fjords les plus reculés de l’Islande est petit, très agile et ne se laisse pas photographier facilement. Pour l’avoir furtivement aperçu sur le bas côté de la route, par une journée pluvieuse, le long de la route 61, je confirme qu’il faut ce plier à un jeu de cache-cache très long avant d’obtenir un cliché correct de l’artic fox dans la nature. Pour information, les photos présentées dans cet article ont été prises dans le jardin de l’Artic Fox Center, à savoir le centre du renard polaire.
Ce renard a effectivement son espace ouvert aux voyageurs qui voudraient en savoir un peu plus sur cet animal des contrées septentrionales.Le musée est ouvert depuis 2010. Il est installé dans la plus ancienne maison de Sudavik.
L’accueil au musée est très sympathique. Outre toutes les explications scientifiques sur le comportement et le mode de vie du renard polaire, via une scénographie avenante : panneaux, vidéo… L’Artic Fox Center a aussi son café où vous pouvez déguster de délicieux gâteaux au sein d’un très jolie cadre.
Dans le jardin attenant au musée, deux spécimen vivent dans des cages de plusieurs mètres carré, servant d’ambassadeur à tous leurs congénères.

Lumière d’été dans les fjords de l’ouest.

Le travail de recherche sur le renard a démarré cependant beaucoup plus tôt, dans les années 90 à l’initiative de scientifiques. Aujourd’hui encore le renard polaire est étudié, et,
À ce titre, vous avez la possibilité de participer aux recherches en tant que volontaire.

Accueil d’écovolontaires

L’Artic Fox Center accueille effectivement des écovolontaires. Toutefois, seuls les personnes qui ont une formation scientifique (biologique, comportement animalier…) et un projet sont acceptés. Dans ce cas, les volontaires sont invités à suivre les chercheurs dans leur travail au coeur du Hornstrandir. Ils partent plusieurs jours pour observer le renard dans la nature sauvage. Les conditions sont très rudimentaires et Sarah, qui travaille à temps plein au musée, insiste sur le caractère rude de la vie dans la réserve du Hornstrandir. Les chercheurs et les volontaires sont logés sous tente. Il faut savoir que les fjords de l’ouest sont exposés à des conditions climatiques difficiles, même en plein été. La nuit, les températures peuvent chuter à zéro degrés. Les forts vents et la pluie nécessitent un âme d’aventurier et une bonne condition physique : « Ce n’est pas pour tout le monde », précise Sarah.

Philippe, le photographe du renard polaire

La vie dans le Hornstrandir ne rebute pas pour autant tout monde. Elle attire des chercheurs, des aventuriers, mais aussi des photographes.
Philippe Garcia est l’un d’eux. Il vit la moitié de l’année dans les westfjords et consacre une partie de son temps à observer le renard polaire pour mieux le photographier.
Philippe Garcia est Pyrénéen. Il a passé quatre années à ne photographier que des renards pour sortir un livre de photos sur le renard polaire, traduit en trois langues : français, anglais et islandais.
« Pour moi, le renard polaire est l’animal le plus intéressant de la nature islandaise. Il est l’un des seuls prédateurs », explique Philippe qui parcours souvent le Hornstrandir, une réserve où le renard est protégé et de ce fait, moins craintif par rapport à l’homme.
Le renard polaire est différent du renard roux des montagnes françaises. Il est plus petit et est plus adapté aux basses températures. Il sait chasser les oiseaux et toute nourriture provenant de l’univers marin.
Grâce à son livre de photos, Philippe espère faire connaitre cet animal polaire, pour s’assurer de sa protection. Vous pouvez trouver son très bel ouvrage dans quelques librairie spécialisées, sur amazone et via son site internet.

Site internte de Philippe Garcia
www.explographe.com

Renseignement pour être volontaire
Artic Fox Center

Jökulsàrlon, la lagune aux mille reflets

Le Blue Lagoon au coeur de l’activité géothermique islandaise

Tags from the story

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *