Le Blue Lagoon au coeur de l’activité géothermique islandaise

Road trip en Islande 1
Pays de glace et de feu, la géothermie est au coeur de l’activité islandaise. Les eaux chaudes des profondeurs de la terre sont intelligemment exploitées, pour produire l’électricité, se détendre, se soigner et attirer les voyageurs du monde entier.

D’un bleu turquoise, un peu laiteux, au milieu d’un champ de lave noir, le célèbre lagon bleu semble tout droit sortie d’un compte fantastique. Chaud, tapissé d’une boue blanche, il enrobe  de ses volutes de fumée toute forme, laissant au regard un paysage imaginaire, presque féérique lorsque le soleil de minuit perce les nuages.

Comment une telle merveille s’est elle formée ? Certains diront qu’à l’origine, il existe catastrophe écologique, mais une catastrophe heureuse. 

Pointe la plus à l’ouest de l’Europe, l’Islande est posée sur la faille qui sépare les plaques américaine et eurasienne. Son activité géothermique est telle, que les Islandais ont, au fil des ans, développé une technologie avancée permettant de capter et d’utiliser cette formidable énergie naturelle.

Le Blue Lagoon est connu pour ses vertus thérapeutiques.

A l’origine du Blue Lagoon, il y a une centrale géothermique. Centrale que l’on aperçoit de très loin, dans la péninsule de Rekjanes.

L’eau du blue lagoon est tout simplement liée à un rejet de la centrale. En effet, l’eau chaude qui sort des profondeurs de la terre n’est pas utilisée directement, car cette eau est salée. En revanche, elle sert à chauffer l’eau douce qui, elle, alimente deux villes en électricité.

Au départ, les ingénieurs pensaient peut-être que l’eau rejetée s’écoulerait naturellement. Il n’en fut rien. A la place, un lagon gigantesque s’est formé. Les Islandais, loin d’être catastrophés par cet incident industriel, n’ont pas tardé à en découvrir les vertus médicinales. Le bain dans les eaux chaudes naturelles est une tradition en Islande. Très tôt, les habitants ont découvert que les eaux des entrailles de la terre soulageaient les douleurs, notamment celles liées à la goutte ; pathologie liée à un excès d’acide urique dans le sang.

C’est donc tout naturellement que les Islandais se sont trempés dans ces nouveaux bains, issus des rejets de la centrale géothermique. Et tout aussi naturellement, ils se sont aperçu que ces eaux étaient très efficaces contre le psoriasis l’eczéma et autres dermatoses.

L’eau est en effet très riche en sels minéraux, en particulier en silicate et algues beu-vert.

Outre ses vertus curatives, le nouveau lagon s’est très vite illustré par sa beauté à la fois irréelle et naturelle. C’est alors que les bassins artificiels de la centrale géothermique sont devenus le Blue Lagoon, ce lagon dont les photos sont placardées dans toutes les capitales du monde.

Best seller des attractions touristiques islandaises, le Blue Lagoon est devenu un SPA géant avec ses carrés VIP. Il faut compter 50 euros l’entrée en basse saison.

Alors le Blue Lagoon est-elle l’étape incontournable en Islande ?

Certes non car il existe des bains naturels un peu partout sur l’île, tant cette tradition est ancestrale. Le blue lagoon à son homologue dans le nord en moins peuplé !

Toutefois, sa beauté, son site, ses installations en font une étape très plaisante et surtout dépaysante. Situé à quelques encablures de l’aéroport international, le Blue Lagon est la première ou la dernière destination d’un séjour.

Le premier prix d’entrée vous donne la possibilité de rester autant que vous le voulez. Avec, vous avez droit à un masque de silice et une consommation. Libre à vous ensuite de payer des suppléments pour des massages et autres soins.

Pour pouvoir bien profiter de ce moment de détente, je vous conseille d’y rester deux heures, et si possible de choisir des horaires un peu en dehors des groupes, le matin ou le soir.

L’été, le Blue Lagon est ouvert jusqu’à minuit. Si vous ne voulez pas dormir trop loin, vous pouvez rejoindre le camping de Grindavik, situé à dix minutes de voiture.

Jökulsàrlon, la lagune aux mille reflets

Les macareux des falaises de Latrabjarg dans les Westfjords

Le renard polaire, roi du Hornstrandir en Islande

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *