Havre de paix et de verdure au milieu du chaos urbain de Bangkok

Carnets de route de la Thaïlande 1 : dénicher des coins de paix et de verdure au sein de la sulfureuse capitale thaïlandaise.

Avant d’atteindre votre petit coin de paradis thaïlandais ou votre prochaine mission d’écovolontariat, Bangkok est souvent un passage obligé. Des tours à perte de vue, des embouteillages gigantesques, le tout ajouté à un épais nuage de pollution. Ce tableau peu avenant est celui que la capitale thaïlandaise nous offre en arrivant. Il serait toutefois dommage d’en rester à cet apparent chaos urbain. Bangkok offre un fabuleux contraste entre modernité et passé et a su préserver des havres de paix, isolés du fracas urbain.

En voici quelques-uns :

Les temples
J’ai pour ma part choisi deux temples : Wat Arun et Wat Pho
Le temple Wat Arun, reconnaissable par sa tour de style Khmer, se trouve au bord du Chao Phraya River. Si l’endroit attire certes de nombreux touristes, il reste néanmoins un de culte où les moines et Thaïlandais viennent se recueillir. L’endroit est donc calme, silencieux, mais il n’est pas interdit ni de rire ni de parler. Vous pouvez visiter librement l’intérieur du temple (50 baths) en respectant quelques principes simples : se déchausser, enlever le chapeau ou la casquette, et éviter d’être en short ou d’avoir les bras nus.
L’extérieur du temple est composé de jardins où toute la finesse thaïlandaise s’exprime.

Temple Wat Arun Bangkok

Le temple Wat Pho, bien plus fréquenté, n’en n’est pas moins agréable. Il s’agit de l’un des plus vieux de Bangkok, particulièrement connu pour abriter le plus grand bouddha de la ville, le bouddha couché. Ce temple s’étale sur 8 hectares. Il abrite également le centre national d’enseignement de la médecine thaïlandaise.
En sortant de Wat Pho, je vous conseille de faire un petit tour au marché de Tha Tien que vous trouverez juste en sortant.
Entrée 50 baths (1,3 euro).
Comment y aller

J’ai choisi le bateau pour rejoindre les temples. Bangkok étant traversé par la rivière Chao Phraya, le bateau (appelé long tail) reste un moyen très judicieux pour éviter les embouteillages.
Il existe plusieurs embarcations qui fonctionnent un peu comme des bus avec ses arrêts.

Par facilité, j’ai privilégié le Chao Phraya Tourist Boat, qui comme son nom l’indique est destiné aux touristes. Cette option est intéressante car la compagnie vend un pass à la journée pour 150 bahts (4 euros) et propose huit arrêts différents d’où vous embarquez et débarquez à votre guise. La solution locale, en revanche, est plus intéressante si vous ne souhaitez faire que deux ou trois trajets.

Vous pourrez embarquer au pier N° 1 (Sathorn) (pier signifie embarcadère). Ce pier a pour avantage d’être connecté avec le métro aérien (station BTS Saphan Taksin) et est donc facilement accessible.

Le transport sur la rivière est une expérience en soi, bien que malheureusement très polluée, la Chao Phraya est un axe névralgique, où vous croiserez barges et jonques avec pour toile de fond temples et buildings.

Le temple Wat Arun se trouve au pier N°8. Pour rejoindre le temple Wat Pho, il vous faut emprunter une barge, pour 4 bahts, et traverser la rivière jusqu’au pier Tha Tien, situé sur l’autre rive.

Passé et modernité se cotoient sur la Chao Phraya River

La maison de Jim Thompson
Autre havre de paix et de verdure au milieu de la ville, la maison de Jim Thompson. Cet Américain, né au début du XXe siècle, est un architecte qui s’est engagé dans l’armée, a travaillé pour les renseignements américains, participé à la campagne d’Europe avant d’être envoyé en Thaïlande et de s’y installer définitivement. Il fit fortune dans le commerce de la soie et est aujourd’hui réputé pour avoir mis ses connaissances architecturales au service du style thaïlandais. Aujourd’hui, sa maison se visite pour 150 baths. La maison, sur pilotis, en teck et peinte en rouge, reprend le meilleur de l’architecture locale. Elle contient une collection d’objets d’arts exceptionnelle avec des représentations de bouddha vieilles de plusieurs siècles.
Après la visite guidée, vous pouvez profiter à souhait du jardin qui entoure la maison. Jardin où, dans une végétation luxuriante se dissimulent de petites maison sur pilotis.
Un restaurant très agréable, dont la terrasse en teck donne sur une mare, propose des plats thaïlandais pour un prix correct pour le lieu.

Un petit coin de jungle dans le chaos urbain (jardin de Jim Thompson)

Comment y aller
Adresse : 6 soi Kasem San 2
La maison est accessible par le BTS station National Stadium.
Elle donne sur un canal. Si vous prenez un bateau taxi, demandez le Sapan Hua Chang Pier.

 

Laurence Dupont

Tags from the story
Written By
More from Laurence

Biodiversité : la mairie de Paris a besoin d’écovolontaires

La mairie de Paris appelle les habitants à préserver la biodiversité. Les...
Read More

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *