Le Lot, terre de bio : rencontre avec une artisane savonnière

Savonnerie Buissonnière
Nathalie, artisane savonnière dans le Lot.

En 2014 Nathalie se lance dans la fabrication de savons bio après plusieurs années passées dans la restauration. Elle crée la Savonnerie Buissonnière, dont les cosmétiques sont désormais distribués dans près de 50 points de vente. Rencontre avec une passionnée de la cosmétique bio, dans un petit atelier artisanal de Capdenac le Haut, dans le Lot.

Artisane savonnière à Capdenac le Haut, dans le Lot, Nathalie s’est lancée dans la fabrication de savons bio à la suite d’une rencontre coup de coeur avec des savonniers du le Pays Basque. « C’étaient des passionnés, très exigeants et qui aimaient échanger sur leur savoir-faire. Ils m’ont donné l’envie de persister ! » se rappelle-t-elle. Dans son petit atelier, Nathalie fabrique depuis 2014 des savons bio qu’elle vend dans toute la France, y compris dans certaines boutiques prisées. La gamme de savons qu’elle propose est élaborée selon la technique de la saponification à froid en utilisant que des matières premières naturelles bio.

 savon shampoing bio
La savon shampoing bio, parfait pour partir en voyage !

« Personnellement, j’utilise de la cosmétique bio depuis l’âge de 18 ans », précise-t-elle. Dès le départ, elle a travaillé en fonction de la certification Nature et Progrès. « J’ai choisi Nature et Progrès car c’est une mention associative française avec un cahier des charges très exigeant. On est dans le bio, l’artisanal et le local. Je ne voulais utiliser que de belles matières premières. »
Nathalie travaille selon une méthode traditionnelle à partir des matières de base que sont les corps gras, sous forme liquide ou solide, l’eau et la soude.
« Je fais fondre les beurres végétaux et les mélange aux huiles végétales. A côté, je prépare une lessive de soude que je laisse refroidir avant de la faire entrer en réaction avec la préparation d’huile et de beurre végétaux. C’est en mixant que le processus de saponification se lance. Ce que l’on appelle saponification, c’est la transformation des corps gras en savon. Il s’agit d’une réaction chimique » précise-t-elle.
Ensuite, Nathalie poursuit la fabrication avec des produits naturels locaux tels que le safran du Quercy, les fleurs de lavande de Rocamadour ou le thé de l’Aubrac. « Ce thé est tiré d’une plante endémique du plateau de l’Aubrac que les mamies servaient à la fin d’un bon repas pour ses qualités digestives. »
Les parfums des savons sont confectionnés avec des huiles essentielles, bio bien sûr. « J’utilise l’orange douce, la lavande fine de Provence, le bois de cèdre, la menthe poivrée ou la bergamote. En général, il faut mélanger les huiles essentielles pour que le parfum persiste au séchage. »

La slow cosmétique pour une consommation sensée des produits de beauté

safran
Safran du Quercy, fleur de lavande de Rocamadour, thé de l’Aubrac, Nathalie n’utilise que des produits bio locaux.

Petit à petit, Nathalie élargit sa gamme de cosmétiques en proposant du baume, du déodorant et du sérum ; un pour les peaux mâtures, un autre pour les peaux grasses et le dernier pour les peaux sèches. « C’est assez facile de proposer d’autres produits une fois que l’on les corps gras à disposition » poursuit-elle.
Vous trouverez les produits de Nathalie dans environ cinquante points de vente en France ainsi que sur sa boutique en ligne. Si ses savons commencent à se faire une place au soleil, elle garde en tête de ne pas se développer afin de rester dans un esprit artisanal.  « J’ai également la mention Slow Cosmétique® ajoute-t-elle, qui est donnée par une association de personnes qui militent pour une cosmétique plus sensée. » La mention Slow Cosmétique® est le gage d’une cosmétique plus écologique avec des ingrédients naturels et biologiques les moins transformés possible. Elle exclue tout ingrédient issu de la chimie de synthèse, de la pétrochimie, de l’exploitation animale provoquant la mort, ainsi que tout ingrédient potentiellement polluant pour l’environnement. La slow cosmétique, au même titre que le slow tourisme et la slow food, vous invite à consommer moins, mais mieux. « Nous n’avons pas besoin d’avoir une toute une panoplie de produits dans notre salle de bains », insiste Nathalie avant de nous donner quelques conseils pour partir en voyage avec une trousse de toilette raisonnable. « Pour le voyage, je vous conseille de prendre un savon shampoing avec lequel vous vous laverez la tête et le corps, ainsi qu’un baume pour toutes les petites irritations de la peau », conseille Nathalie. En surfant sur la boutique Savonnerie Buissonnière vous trouverez trois types de savon-shampoing, en fonction de la qualité de vos cheveux et un baume à la calendula.

>> A lire également le portrait d’Adrien, créateur d’une ferme de spiruline à Saint Martin Labouval dans le Lot. La spiruline est une cyanobactérie vieille de 3,6 milliards d’années très riche en protéine et en oligo-éléments. Super aliment pour les uns, traitement pour se sortir de la famine pour les autres, la spiruline pourrait-être l’aliment du futur.

>> Pour déguster et/ou découvrir des produits du terroir du Lot, trouver des fermes à visiter comme celle de la Spiruline d’Olt, rendez-vous sur les sites des offices de tourisme du Lot, de Lalbenque et de Figeac.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *