Costa Rica : escapade au Alturas Wildlife Sanctuary

alturas wildlife sanctuary
Un paresseux au Alturas wildlife sanctuary.


Destination phare de l’écovovageur, le Costa Rica abrite de nombreuses associations de protection de la faune et de la flore. Découvrez l’Alturas Wildlife Sanctuary, un sanctuaire d’animaux sauvages qui se visite en journée et qui accueille des écovolontaires.

Le Costa Rica, petit pays situé en Amérique Centrale, abrite 6% de la faune et de la flore mondiale. Sa biodiversité le place parmi les pays les plus visités pour l’observation de la faune sauvage. Avec 25 % du territoire transformé en parc national et réserves, le Costa Rica est une destination phare pour l’écotourisme et l’écovolontariat.
Toutefois, si la protection de la faune sauvage et de ses différents habitats font l’object d’une volonté politique ancienne, les animaux sauvages du Costa Rica sont, à l’instar des animaux du reste de la planète, en danger. Et le plus emblématique du pays, le paresseux, n’échappe pas à la règle.

Face aux menaces qui pèsent sur la biodiversité du pays, de nombreuses associations se sont créées afin de préserver au mieux la faune sauvage.

Le sanctuaire que j’ai visité se trouve sur la côte Pacifique, à une dizaine de kilomètres de Dominical, petit village touristique apprécié des surfeurs.
Ce sanctuaire s’appelle Alturas Wildlife Sanctuary. Il organise, plusieurs fois par jour, des visites guidées payantes. Vous y découvrez des animaux sauvages en cours de réhabilitation ou en convalescence prolongée lorsqu’ils ne sont plus aptes à vivre dans la jungle, en raison des blessures dont ils souffrent. L’intérêt de la visite est plus de comprendre le travail du centre que l’observation d’animaux. Certes, lorsque j’y suis passée, j’ai pu y croiser un paresseux, un toucan, un singe araignée et quelques-uns des nombreux animaux qui peuplent les forêts costaricaines. Mais ne vous y trompez pas, Alturas Wildlife Sanctuary, n’est pas un zoo ! S’il n’y a pas de paresseux le jour de votre visite, il n’y en pas… De plus, le guide averti son public dès le départ, il n’y a pas d’interaction avec les animaux. D’ailleurs, ceux qui sont en phase finale de réhabilitation sont installés dans des cages au coeur de la jungle et n’ont que le minimum nécessaire comme interaction avec les humains.

Accidents de la route

Ce sanctuaire est une organisation sans but lucratif et l’argent donné pour la visite est réinvesti pour le bon fonctionnement des activités du centre.
Les animaux qui arrivent au sanctuaire sont pour la plupart blessés. Parmi les trois grandes causes de blessures, nous retrouvons les accidents liés au trafic routier, puis, en seconde position, les animaux qui s’électrocutent sur les fils à haute tension et, en troisième position, le braconnage.
Sur place, les animaux sont soignés à la clinique par des vétérinaires spécialisés dans la prise en charge d’animaux sauvages. Certains animaux seront relâchés dans la jungle et retrouveront leur liberté, alors que d’autres, victimes de blessures trop importantes, resteront, à vie, au sein du sanctuaire dans l’un des 75 enclos.

Accueil d’écovolontaires

Alturas Wildlife Sanctuary accueille des écovolontaires toute l’année pour assister l’équipe permanente dans les différentes tâches liées au sanctuaire. En tant que volontaire, votre travail consiste essentiellement à préparer la nourriture, à nourrir les animaux, à entretenir les enclos et les nettoyer. Dans la mesure où les animaux sont amenés à être relâchés, nous n’aurez que peu de contact avec eux.
En dehors de l’entretien du centre et de la nourriture des animaux, vous pouvez participer à des actions éducatives ou bien en faveur du développement des médias sociaux. Il est possible également d’assister les vétérinaires, mais cela dépend de vos compétences et des besoins du moment.
Vous travaillez 5 jours sur sept et devez rester au minimum une semaine.

Le sanctuaire accueille également des stagiaires pour les étudiants en biologie et les futurs vétérinaires.
Le centre est niché au coeur de la jungle, côté montagne, et jouit d’une très belle vue sur l’océan Pacifique.
Il existe plusieurs options pour se loger, au sein du sanctuaire, y compris dans le lodge du même nom.
Votre participation financière dépendra de l’option choisie pour votre logement. La moins chère est de 478 euros pour une semaine.
Pour plus d’informations je vous invite à visiter leur site internet ici

Alturas Wildlife Sanctuary

Laurence Dupont

Bébé tortues Costa Rica
Les bébés tortues regagnent le large.

Lire l’article des carnets de voyage sur la Costa Rica : J’ai testé une mission d’écovolontariat avec les tortues au Costa Rica

Mission réalisée en février 2019, sur la côte Pacifique. La mission s’est déroulée sur la plage de Matapalo, près du village de San dominical. Le travail des écovolontaires consistait à surveiller les oeufs des tortues, puis lors des éclosions, à accompagner les bébés tortues vers le grands large.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *