L’expédition Panthera au Kirghizistan avec Anne Ouvrard

Anne Ouvrad responsable de l'expedition Panthera
Anne Ouvrad responsable de l'expedition Panthera
Anne Ouvrad responsable scientifique de l'expedition Panthera

De retour du Kirghizistan, Anne Ouvrard, responsable scientifique de l’expédition Panthera, livre son expérience des plaines d’Asie Centrale parcourues à dos de cheval, sur les traces de la panthère des neiges.

Propos recueillis par Laurence Dupont
Photos : Julien Palayodan de Fioravanti Production

Vous êtes biologiste et avez accompagné, ce mois d’août 2009, en tant que responsable scientifique, des éco-volontaires partis en congés science solidaire. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur cette expédition ?
Anne Ouvrard : L’association Objectif sciences international, qui développe des séjours scientifiques, m’a demandé d’accompagner un groupe, avec deux autres encadrants, dans une réserve naturelle au Kirghizistan afin d’y étudier la panthère des neiges.
Cette expédition a nécessité un long travail de préparation, car malgré ma formation de biologiste, je suis titulaire d’un Master 2, il fallait que j’approfondisse mes connaissances sur ce félin.
Je suis arrivée avec une culture essentiellement livresque et, sur place, les gardes Kirghizes de la réserve naturelle m’ont appris le reste : répertorier les traces de la panthère, analyser son comportement… Ces gardes sont des hommes de terrain qui connaissent très bien la nature. Sur place, ils nous ont formé, moi ainsi que toutes les personnes du groupe.

Les sites d'observation étaient à plusieurs heures de cheval
Les sites d'observation étaient à plusieurs heures de cheval

La panthère des neiges est-elle menacée ?
AO : Oui. Sa population, étendue sur les terres d’Asie Centrale, a fortement diminué. Elle est victime du braconnage en raison de sa fourrure, très recherchée à une époque, mais également à cause de ses os, réputés avoir des vertus et utilisés en médecine traditionnelle. Dans les zones d’élevage, la cohabitation entre les bergers et la Panthère est souvent difficile. C’est un peu comme dans la Alpes avec les loups. Sauf que là-bas, les bergers mettent un point d’honneur à se venger lorsque la panthère a tué une de leurs bêtes.
Dans la zone où nous travaillions, il n’y avait pas de problème avec les éleveurs, car nous étions dans réserve naturelle d’Etat créée en 1995. Il n’y avait que des animaux sauvages.

Panthere des Neige

Quelle était le rôle du groupe de français que vous accompagniez ? Comment les journées se déroulaient-elles ?
AO : Notre objectif est de prêter main forte aux Kirghizes, en étudiant la panthère, pour ensuite mieux la protéger en améliorant son milieu naturel.
Les journées commençaient tôt le matin par de longues balades à cheval pour rejoindre notre point d’observation. Souvent il fallait également marcher pour atteindre les crêtes des montagnes. Nous étions toujours accompagnés de gardes Kirghizes. Le soir de retour au camp, nous partagions le repas, échangions nos expérience, chantions.

Tout le monde peut-il participer à ce type de séjour ?
AO : Oui, ces séjours scientifiques sont ouverts à tous. Les journées sont longues, souvent sportives, mais une bonne motivation est suffisante. Il y a des jours où nous faisions deux groupes en fonction de la forme et des envies de chacun.

L'équipe de l'expedition Panthera en 2009

Que retenez-vous de cette expérience ?
AO : On en revient changé. C’était une aventure scientifique certes, mais aussi humaine.
De retour en France, on a un petite pincement au coeur, et surtout, on se pose beaucoup de questions sur l’environnement. On a envie de faire changer les choses.

Pour une présentation générale de l’associations Objectif sciences international Cliquez ici

1 Comment

  • Bravo à cette jeune biologiste qui s’attache à la sauvegarde d’une espèce féline en danger de disparition (comme la plupart des félins sauvages d’ailleurs !); cet animal a toute sa place dans la chaîne alimentaire et l’écosystème où il vit.
    C’est un patrimoine vivant de l’humanité dont la disparition à cause de l’homme serait irréparable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *