Ecovolontaires, des assurances voyage sont taillées pour vous

Dans une mission de volontariat, le voyageur est plus exposé aux risques que le touriste lambda.

Vous êtes de plus en plus nombreux à alterner voyage en sac-à-dos et missions d’écovolontariat. Devant ce changement, les assurances voyage ont adapté leurs offres. Tour d’horizon.

Un grand voyage commence souvent par un songe sortie d’un matin brumeux. Puis, vient le moment où vous passez à l’action, où il faut penser à mille choses à la fois. Parmi celles-ci, il en existe une sur laquelle vous êtes tentés de faire l’impasse : l’assurance. Ok, il s’agit d’un sujet rébarbatif et technique. L’assurance c’est un peu comme la pharmacie, on ne s’en sert jamais ! Jusqu’au jour où vous êtes hospitalisés aux Etats-Unis et ressortez avec une belle ardoise de plusieurs milliers d’euros. Fin de l’aventure.

>>> Il faut savoir qu’en tant qu’écovolontaire ou bénévole, vous vous exposez plus aux accidents et aux pathologies qu’un touriste lambda. En effet, dans le feu de l’action, vous allez pénétrer dans une grotte à la nuit tombée pour observer un vol de chauves-souris, observer des lions dans une réserve africaine, traverser une mangrove infestée de reptiles et, tous les jours, vous allez manier avec grand art un tas d’outils ! Les missions sont généralement situées dans des lieux isolées où l’eau n’est pas toujours potable, les chiens pas vaccinés contre la rage et les moustiques en pleine forme !

>>> Pas de souci me diriez-vous, vous avez payé votre billet d’avion avec votre carte bancaire ! Une fois les 90 jours de droits écoulés, vous compléterez te temps restant de votre voyage en souscrivant une assurance privée.
Moi aussi j’ai fait ça il y a quelques années lors de mon tour du monde. Sauf que j’ai appris que l’assurance de la carte bancaire couvrait effectivement certains sinistres pour un séjour de 90 jours, mais à condition de rentrer au bercail au bout de 90 jours ! En fait, il me serait arrivé quelque-chose pendant ces trois mois, je n’aurai jamais eu de remboursement. Les dates de mon billet d’avion, que l’assurance carte bancaire m’aurait demandé, montraient clairement que je partais pour une année.

>>> La première règle en matière d’assurance, c’est de savoir contre quoi on est couvert, combien de temps et quelles sont les procédures à suivre en cas de problème.
Mettons que vous partiez pour une mission de volontariat de deux mois à l’étranger. Effectivement, dans ce cas, la carte bancaire peut vous aider. Mais vous assure-t-elle dans le cadre d’une mission de volontariat ?

Si certaines associations ont leur propre assurance, ce n’est pas le cas de toutes. De plus, si vous voyagez par vous-même avant ou après votre mission de bénévolat, vous n’êtes pas assurés sur la totalité de votre séjour.

Un choix judicieux pour les eco-volontaires

> Je ne me suis pas lancée dans un grand comparatif d’assurances car, le sujet étant extrêmement technique et je le laisse aux experts. En revanche, je vous fais part de mon choix, qui se tourne aujourd’hui vers Cap Volontariat de Chapka Assurance, pour la bonne et simple raison qu’elle est spécialisée dans l’assurance des volontaires à l’étranger. Cap Volontariat existe depuis 2015. Cette prestation a été créée devant la multiplication des séjours de volontariat afin de mieux répondre aux besoins spécifiques de cette forme de voyage.
L’avantage avec Cap Volontariat, c’est qu’elle vous couvrira durant votre mission de volontariat à l’étranger, mais également en tant que touriste si vous souhaitez profiter de votre voyage pour découvrir le pays et les environs.

Outre un engagement auprès le la communauté des globe-trotters, Chapka a l’avantage d’être spécialisée dans les assurances pour différents types de voyages depuis plusieurs années dont les voyages nature et aventure.
Cette société d’assurance s’intéresse de près aux baroudeurs et aventuriers que vous êtes.
Si pour un voyage de moins de 90 jours à l’étranger, sans faire de mission, la carte bancaire notamment les Gold et Premier offrent de belles prestations, il est indispensable de s’adresser à des professionnels pour des séjours plus longs. Ainsi, pour tout séjour au-delà de trois mois, je vous conseille vivement une assurance de type Cap Aventure qui vous permettra de pallier à de nombreuses mésaventures partout dans le monde !

Voilà, maintenant que vous avez réglé la question de l’assurance vous pouvez boucler les bagages et partir le coeur léger !

 

 

 

 

 

Tags from the story
,
Written By
More from Laurence

WFFT en Thaïlande, un refuge d’animaux sauvages qui repose sur l’écovolontariat

Je vous emmène, dans ce nouvel article des carnets de route de...
Read More