Thaïlande : La Plage ferme

Maya Bay, en Thailande, où a été tourné le film La Plage.

Maya Bay, paradis terrestre rendu célèbre par la film La Plage, ferme pour quatre mois afin de se régénérer.

La Thaïlande victime de son succès ? Lors de mes voyages en Thaïlande, j’ai vu le pire comme le meilleurs en matière de protection de l’environnement et de respect des espèces animales. Il existe en effet de nombreuses fondations ou associations de protection d’animaux sauvages comme Elephant Nature Park, le Gibbon Rehabilitaion Project à Phuket ou encore le Wildlife Friends Fondation Thaïlande (WFFT) à une centaine de kilomètres au sud de Bangkok.

Malgré cela, une industrie touristique conduisant à la maltraitante animale et à la destruction de milieux naturels, continue de faire des ravages.
Les tours opérateurs proposant des treks à dos d’éléphants sont encore légion. Or, l’éléphant est un animal sauvage qui ne se dresse qu’avec des méthodes violentes. Les promenades à dos d’éléphants sont donc à proscrire. Idem pour les spectacles avec les tigres, où ces derniers sont sous sédatifs, afin que vous puissiez ramener un selfie à la maison.

Un tour opérateur soucieux de la protection de l’environnement vous proposera d’observer un animal sauvage en liberté certes, mais jamais il ne vous invitera à le toucher ou encore à le nourrir. Les animaux ne sont pas les seuls à subir le tourisme de masse.

Donner à manger aux animaux sauvages n’est pas une bonne idée !

Le paradis terrestre vire au désastre

Certaines plages de Thaïlande voient leur biodiversité disparaître à cause d’une trop grande fréquentation. La fameuse Maya Bay, devenue star depuis la sortie du film La Plage de Danny Boyle, avec Léobardo di Caprio, croule littéralement sous le poids de millions de voyageurs.
Commercialisé en 2000, le film La Plage raconte l’histoire d’un jeune couple, incarné par Virginie Ledoyen et Guillaume Canet, qui entend parler d’une plage secrète, inaccessible, d’un paradis perdu où vit une communauté d‘esprits libres. Dans le film, l’utopie vire au cauchemar. Dans le monde réel, le paradis terrestre qu’est Maya Bay souffre d’un tourisme masse qui a fini pas être destructeur. Les stigmates laissées par une fréquentation non contrôlée, en partie lié au film La Plage, sont pires que celles laissées par le tsunami de 2004, qui avait ravagé le Sud de l’Asie.

Je me suis rendue deux fois sur l’île de Kho Phi Phi Ley, qui abrite Maya Bay. Cette plage est effectivement d’une exceptionnelle beauté. Entourée de pics calcaires, elle abrite une eau cristalline et une plage de sable blanc qui font échos à tous les rêves d’île paradisiaque. Une perle posée dans la mer d’Andaman. Mais ce joyau de la nature est loin d’être inaccessible comme dans le film de Danny Boyle. Il se trouve à moins d’une heure de bateau de l’île très touristique Koh Phi Phi Don et à une heure et demie de Phuket. Tous les tours opérateurs de la mer d’Andanam, mais aussi les anciens pêcheurs proposent des excursions vers Maya Bay. Résultat, à moins d’y arriver le premier, à 6 heures du matin, vous y rencontrerez des centaines et des centaines de touristes et entendrez le vrombissement incessant des moteurs de bateaux. De quoi tuer le rêve.

Maya Bay à 6 heures du matin, seul moment où la magie opère. L’île est fermée la nuit.

Ce tourisme de masse a fini par avoir raison de l’équilibre d’un éco-système fragile, avec comme conséquence la mort des coraux.
Maya Bay sera donc fermée pour quatre mois à compter de juin 2018. « Il s’agit de régénérer l’environnement de la baie, abîmés par les bateaux et la surpopulation touristique », s’est exprimé le responsable du parc national de Koh Phi Phi.

Tout débarquement de bateau sera interdit, le temps de laisser se régénérer les coraux.
Laurence Dupont

Thaïlande : pratiques touristiques d’un autre âge sur la plage aux singes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *