Spécial confinement : comptez les manchots en Antarctique !

volontaire antarctique

En attendant la fin du confinement et votre prochaine mission d’écovolontariat, vous pouvez vous rendre utile depuis votre appartement grâce aux sciences participative. Embarquement pour l’Antarctique !

Même en confinement dans un appartement en ville, vous pouvez continuer à vous engager comme écovolontaire. Je vous propose d’embarquer pour l’Antarctique afin d’aider les scientifiques dans l’étude de la biodiversité d’une des contrées les plus reculées au monde, le tout, depuis chez vous bien sûr !
Ce projet s’appelle le Penguin Watch et son objectif est de compter les manchots (rappelons que les pingouins vivent en Arctique) pour mieux comprendre leur comportement et donc participer à leur protection.
A l’origine du projet, nous retrouvons le Britannique Tom Hart, de l’université d’Oxford, qui se décrit lui-même comme penguinologist. Il rappelle que la population de manchots souffre à cause du changement climatique, mais également de la surpêche et de la pollution. Pour lui, il est crucial de comprendre comment les manchots sont affectés par le réchauffement climatique pour savoir comment les protéger.
Ainsi, depuis 10 ans, avec ses confrères et à l’aide de caméras et de drones, il a pris des milliers de photos de manchots dans la région Antarctique et dans l’océan Austral. Son but est de déterminer le taux de reproduction de ces manchots, d’estimer leur nombre et d’en compter les différentes colonies.
C’est là que vous, écovolontaires, vous intervenez. En effet, le projet Penguin Watch met à la disposition des citoyens tous les clichés pris. Votre rôle est de travailler sur ces photos en comptant les manchots. Il ne s’agit ni plus ni moins que du monitoring virtuel, et les volontaires qui se sont déjà engagés dans des missions sur le terrain seront très vite familiers avec ce qui leur est demandé ; Les sensations et le paysage en moins, bien entendu…
Cette démarche de science participative a été mise en place grâce à la plate-forme Zooniverse.
Le projet Penguin Watch n’est en effet qu’un des 80 projets de Penguin Watch. Zooniverse est une grande plate-forme virtuelle anglophone consacrée aux sciences participatives. Pour rappel, les sciences participatives sont des programmes de collecte d’informations impliquant une participation du public dans le cadre d’une démarche scientifique. Il s’agit d’une très belle coopération entre scientifiques et citoyens pour faire avancer la recherche et en particulier la protection de la biodiversité. C’est grâce à des milliers de bénévoles, du monde entier, que des données peuvent être exploitées et analysées à grande échelle.

De la patience et un oeil de lynx !

Plus vous serez un fin observateur, mieux vous ferez avancer la recherche !
Concrètement, pour aider les scientifiques, vous allez sur le projet Pengluin Watch de la plate-forme Zooniverse. Vous vous créez un compte et pouvez commencer !
Un fois sur le projet Penguin Watch cliquez sur l’onglet CLASSIFY. Là, une photo apparaît avec la possibilité de zoomer si nécessaire. Votre travail consiste à marquer les manchots selon s’ils sont adultes ou non, ainsi que leurs oeufs. Si vous avez des difficultés, à droite de l’écran, cliquez sur TUTORIEL et tout deviendra clair ! C’est un travail qui demande de la rigueur et de la patience ! C’est un peu comme le jeu «Cherchez les chats » ou « Trouvez les 7 erreurs » sauf que cette fois-ci ce n’est pas pour vous vendre une PUB derrière, mais pour faire avancer la science et la protection de la biodiversité !
manchots ecovolontarires

L’objectif du projet Penguin Watch

La population des oiseaux de mer déclinent dans le monde entier sous la menace du changement climatique, de la pollution et de la sur-pêche. Les scientifiques du projet Penguin Watch, basés à l’université d’Oxford, utilisent le travail des écovolontaires pour surveiller, comprendre et protéger ces espèces. Ils savent que les oiseaux de mer, comme le manchot d’Adélie, présentent des tendances très différentes entre l’Antarctique de l’Est et de l’Ouest, où ils peuvent être confrontés à des conditions environnementales et à des menaces différentes.
C’est ainsi que grâce aux données collectées, ils examinent la dynamique des populations de manchots comme par exemple, le calendrier de ponte. Ils cherchent à comprendre la manière dont les colonies réagissent aux diverses menaces et tentent d’identifier les causes de la mortalité des poussins. Les scientifiques ont déjà enregistré des changements en matière de reproduction en fonction des conditions environnementales.
Il semble que tout changement dans le comportement de ces oiseaux de mer reflète des modifications de tout l’écosystème dans lequel ils évoluent. Ceci en fait d’excellents indicateurs de la santé du milieu marin. À ce titre, de nombreux oiseaux de mer sont donc considérés comme des sentinelles du changement. Une espèce sentinelle est un organisme qui sert à détecter les risques à venir pour un écosystème.
Les manchots sont utilisés par les scientifiques comme indicateurs de changement au sein de leur écosystème car il est facile de les surveiller. Tout changement dans leurs performances de reproduction, ou dans la taille et la distribution de la population, est susceptible de refléter des bouleversements qui se produiraient plus bas dans la chaîne alimentaire, ou dans l’environnement antarctique.

Menaces contre les espèces antarctiques

L’Antarctique est le continent le plus sec, le plus froid et le plus venté au monde. Il abrite un écosystème unique, riche en biodiversité, mais également très sensible au réchauffement climatique.
Au cours de la dernière partie du XXe siècle, la péninsule antarctique a été parmi les régions qui se sont réchauffées le plus rapidement. Cela a entraîné une importante fonte des glaces avec l’effondrement de plateaux entiers. La fonte des glaces a, à son tour, engendrée d’importantes modifications pour les espèces vivant dans ces zones.
De plus le recul de la glace en Antarctique a placé le krill antarctique (invertébré proche des crevettes) au coeur d’un véritable enjeu. En effet, ce petit crustacé qui vit dans les eaux froides et sert d’alimentation aux manchots, est également très convoité par les pêcheurs pour l’industrie des compléments alimentaires.
Par conséquent, une question se pose : comment gérer la pêche du krill afin qu’elle n’entraîne pas d’impacts irréversibles sur les prédateurs mangeurs de krill comme les manchots. Pour ce faire, la surveillance des populations de manchots est primordiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *